ESTRANS À INDRE & COUËRON

Du Paradis au feu Mindine

Estrans, c’est une promenade à la découverte des paysages de rives et une invitation à la prise de conscience de leur fragilité. Qui sommes-nous dans cet espace où la terre rencontre l’eau ? Avec un potentiel poétique fulgurant, l’estran* convoque des enjeux très locaux et en même temps très universels. Les artistes, paysagistes et géographes de L’écumerie viennent mettre l’accent sur les enjeux du paysage ligérien à Indre et Couëron.
 
 *Estran : lanière de terre découverte à marée basse et immergée à marée haute
 

LES temps Du projet

le projet

À Indre et à Couëron

De septembre 2018 à mai 2019, nous sommes venus nous immerger régulièrement dans ce territoire. À raison de 5 jours par mois, entre Loire et voie ferrée, entre usines et marais, nous étions là pour parcourir et échanger avec les habitants, entendre ce qui les lie à la Loire, à l’eau, à l’ailleurs.

Les 18 et 19 mai 2019, nous sommes allé marcher ensemble, lors d’une traversée-spectacle. Entre documentaire et fiction, elle interrogeait notre lien à la Loire, son écosystème estuarien, son actualité et son devenir.

Traverser l’épaisseur des paysages et atteindre l’eau. Et continuer à marcher. Jusqu’où ira-t-on ensemble ?

 

Nos temps de présence : 

  • du 19 au 21 septembre 2018
  • du 14 au 18 novembre 2018 
  • du 18 au 22 décembre 2018 
  • du 30 janvier au 3 février 2019 
  • du 28 février au 5 mars 2019
  • du 24 au 28 mars 2019
  • du 23 au 26 avril 2019
  • du 13 au 19 mai 2019

S’immerger dans un territoire

Il est question de prendre connaissance du terrain. Ce temps constitue une étape fondamentale : il s’agit d’une imprégnation sensible et active, un contact au quotidien avec le territoire. Nous aimons rester sur place, être là au fil des saisons. Prendre le temps de s’arrêter, s’asseoir, discuter, regarder, enregistrer, se laisser traverser par des sensations.

Nous apparaît alors l’épaisseur du territoire. Se dégagent les traits, les signes distinctifs que l’on est bien ici et pas ailleurs.

Rencontrer ceux qui vivent là

Nous voulons écouter la parole de ceux qui sont là, celle qui raconte une relation singulière à un paysage. Ils nous aideront à déceler la manière de vivre en accord avec leur sol, leur paysage. Les représentations mentales du rivage se construiront à partir des histoires locales.

Ainsi, où que nous allions, nous chercherons à nouer des liens. Nous proposerons différents protocoles de rencontre chaque fois que nous serons sur le territoire.

Suivre le projet : 

Vous pouvez suivre le projet grâce à un bulletin nommé Le GULA. Vous le trouverez dans les lieux publics et chez les commerçants. Il raconte ce qui s’est passé lors de nos dernières présences et annonce les prochains rendez-vous. N’hésitez pas à le lire!

Une proposition artistique contextualisée

Estrans s’inscrit de manière très concrète dans un territoire local. Prenant place dans des espaces naturels publics, Estrans propose une vision contextualisée des problématiques du paysage.

Estrans, est une traversée-spectacle dont le discours et la dramaturgie sont adaptés aux lieux dans lesquels elle se déroule.

Le projet Estrans se décline selon les lieux précis où il est joué en différents épisodes. Chaque épisode s’attache alors aux enjeux majeurs du territoire. Tous les épisodes réunis forment un atlas regroupant les différentes problématiques des espaces de l’eau.

L'ÉQUIPE artistique

Marie_DelaiteNB
Photo identité_Capucine Dufour
Elea Desmots

MARIE DELAITE

Formée à l’École Nationale Supérieure du Paysage, et à la danse par Odile Duboc et ses danseurs, elle mène une exploration artistique protéiforme du territoire et de ses enjeux, avec et pour les populations. Après un passage à la Cie Malabar en tant qu’assistante à la mise en scène lors d’un projet européen, elle intègre en octobre 2013 la FAI-AR (Formation Avancée et Itinérante des Arts de la Rue).

A la suite de sa rencontre à Marseille avec des artistes issus d’autres pratiques, elle va particulièrement travailler la mise en espace de formes spectaculaires, la résonance du texte dans les lieux et l’écriture de textes. En avril 2014, elle collabore notamment avec Guy Alloucherie lors de portraits de ville dressés par la Cie HVDZ. A la fois metteur en espace et porteuse de projets, elle encourage le décloisonnement des disciplines.

CAPUCINE DUFOUR

Paysagiste DPLG issue de l’École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles et danseuse classique formée au Conservatoire de Versailles, son double parcours artistique la pousse à interroger les interactions entre la danse et le paysage. Après une formation auprès de divers chorégraphes contemporains, elle continue d’interroger la notion de danse dans l’espace public en Master de recherche en Danse à Paris 8 en se penchant sur Les Veilleurs de Joanne Leighton, accompagnée par Julie Perrin et Laurent Pichaud. 

Par ailleurs, ses expériences en agences de paysage et d’urbanisme ainsi que dans des structures de création en espace public lui ont permis de saisir les enjeux artistiques, politiques, administratifs et juridiques d’un projet culturel autant que d’un projet d’espace public.

ÉLÉA DESMOTS

Issue d’une classe préparatoire littéraire et d’une formation en histoire de l’art, elle est diplômée d’un master de recherche en sciences sociales de l’École normale supérieure de Lyon. Elle est spécialisée en géographie de la conservation et a notamment travaillé avec Raphaël Mathevet à l’Institut Français de Pondichéry.

Ayant croisé le chemin de L’écumerie sur l’île de Noirmoutier, elle a participé au projet Estrans à Chalon-sur-Saône et à Notre-Dame-de-Monts.

LES PARTENAIRES

Projet porté par les villes d’Indre et de Couëron. Coordonné par la saison culturelle d’Indre Ici ou là et le service archives et patrimoine de la ville de Couëron. Soutien de La Paperie – Centre national des arts de la rue et de l’espace public – Angers et la Région Pays de la Loire pour l’aide à la résidence artistique de territoire

Fermer le menu